Services aux entreprises

Bilan et feuille de route : la CCI de Maine-et-Loire à mi-mandature 2019-2021

Publié le 10/09/2019 - Par dominique.gruso...

Quel est le fait le plus marquant que vous retenez de cette première moitié de mandat ?
Éric Grelier
Les conditions qui entourent le fonctionnement des CCI sont très différentes de celles qui étaient en vigueur au moment de notre engagement fin 2016. La loi PACTE, adoptée en avril, porte de nouvelles contraintes pour les CCI, qui représentent d’importants changements. Ce n’était pas prévu au programme ! Nous devons combattre des forces extérieures ; cela demande beaucoup d’énergie.

Cela impacte-t-il les entreprises ?
Les CCI sont impactées dans la mesure où la redistribution des taxes n’est plus la même. En soi, nous pourrions dire que cela n’impacte pas directement les entreprises du territoire… La réalité est qu’il nous faut faire plus de choses, car les besoins sont là, mais avec moins de moyens.

Comment la CCI de Maine-et-Loire a-t-elle réagi à ces importants changements ?
Avec énergie ! Il faut chercher le positif dans chaque situation. Les contraintes qui nous sont désormais imposées nous rendent sans doute plus intelligents encore. Lorsque l’on a moins de ressources, on devient plus créatif, on parle davantage à son voisin, on collabore encore plus. Les cinq CCI de notre région se parlaient déjà beaucoup avant la loi PACTE. Nous avons poussé encore plus loin le curseur de la mutualisation et de l’optimisation. Le modèle CCI doit se réorganiser. C’est à nous de réinventer quelque chose, d’ajuster notre gouvernance.

Quel bilan tirez-vous de l’action de la CCI 49 sur les deux années et demie passées ?
Le bilan est bon. Nous avons mené les grands projets que nous nous étions fixés, en lien avec la vision que nous nous étions donnée. C’est une bonne nouvelle ! Nous avions 21 groupes projets, autour de quatre axes stratégiques ; pas un seul n’est dans le rouge. Nous n’avons jamais été aussi présents sur le territoire, au travers de conventions, de collaborations, de participations. Nous avons dit ce que nous avons fait, et fait ce que nous avons dit. Dans un contexte plus que complexe, nous pouvons nous en féliciter.

Observez-vous des changements dans la perception que les entreprises ont de leur CCI ?
Notre rôle de hub, assembleur, fédérateur est reconnu. En tant que personne publique associée, notre mission d’expert et notre neutralité sont confirmées. Nous sommes écoutés, considérés, pris en compte, reconnus dans notre expertise. Je crois que nous devons cela à notre posture dynamique, apporteuse de contenus, désireuse de faire avancer les sujets, jamais contestataire pour le seul plaisir de l’être. Nous sommes factuels, nous argumentons nos positions et recommandations.

Que diriez-vous à ceux qui peinent encore à visualiser l’action et l’apport concret de leur CCI ?
Les CCI sont historiquement des institutions humbles et discrètes. Lorsque nous sommes en mode « co », nous ne disons pas « La CCI a fait… », nous disons naturellement « Nous avons fait… ». Nous n’allons pas changer les rayures du zèbre, mais nous savons que nous avons à travailler encore sur l’identification précise de ce que nous faisons. Pas tant pour le plaisir de communiquer, mais pour que les entreprises sachent encore mieux nous trouver. Nous avons un métier généraliste qui nécessite d’être sans cesse explicité et illustré. Nos actions sont mesurables et factuelles ; à nous de faire savoir ce que nous faisons. Et puis, je dirais aussi que pour danser le tango, il faut être deux. Certains peuvent encore trouver qu’il ne se passe pas assez de choses dans leur CCI ; je les invite à nous rencontrer. On ne peut rien pour ceux qui n’ont pas envie.

De quoi êtes-vous fier lorsque vous regardez cette première moitié de mandat dans le rétroviseur ?
Je voudrais tirer un coup de chapeau admiratif aux collaborateurs de la CCI qui ont su garder le cap en ces temps chahutés et insécurisés. Je sais qu’ils ont été nombreux à être en sur-régime. Je suis fier que nous ayons su conserver nos traits fondamentaux ; lorsque les élus et membres associés se sont engagés dans ce mandat, ils l’ont fait avec deux intentions fortes en tête : réhabiliter la notion de militantisme et reprendre de l’engagement. Les contraintes imposées sont venues renforcer ces deux dimensions. Enfin, je dirais que nous pouvons nous féliciter de ne nous être retiré d’aucun territoire. Nous sommes présents et actifs partout, les faits le prouvent. C’est une fierté !

* Loi PACTE : Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises

 

QUATRE AXES STRATÉGIQUES

21 groupes projets - 67 projets menés, évalués annuellement afin d’ajuster la feuille de route

Les objectifs posés le sont à l’échelle du mandat complet, sur 5 ans. Les résultats communiqués ici le sont pour un bilan à mi-mandat.

 

AXE 1 : ANTICIPER ET ACCOMPAGNER LES MUTATIONS

Transition numérique / Industrie du futur :

  • Adoption locale de l’outil national d’accompagnement dématérialisé des entreprises : « CCI Store »
  • Participation au lancement et développement de la coopérative « French Tech ».
  • Lancement du mouvement « French Fab » en présence de la Région Pays de la Loire et de BPIFrance
  • Coordination et pilotage de la « Connected Week » avec les acteurs locaux investis

Entreprises sensibilisées : 2 804 sur un objectif mandature de 3 750

Entreprises conseillées : 439 sur un objectif mandature de 400 (hors « Parlons Numérique »)

Flashdiag numérique : 141 sur un objectif mandature de 750

Performance énergétique/économie circulaire :

  • Entreprises sensibilisées et accompagnées en performance énergétique : 241 sur un objectif mandature de 500
  • Mise en place et développement de l’ADECC – Association pour le Développement d’une Économie Circulaire et Collaborative : 75 entreprises adhérentes (A découvrir sur le site maineetloire.cci.fr)
  • Entreprises sensibilisées et accompagnées en économie circulaire : 460 sur un objectif mandature de 500
  • 1.6 M€ d’économies apportées aux entreprises accompagnées

Jean-François Reynouard - Élu CCI référent

 

AXE 2 : FAVORISER LE RAYONNEMENT ÉCONOMIQUE ET L’ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE

International :

  • Création d’une semaine dédiée à l’international : « International Week »

433 participants en 2018

19 entreprises accompagnées à l’étranger

100 missions de conseil

Tourisme :

Création du « Campus de la Gastronomie » avec l’ESA et l’Université d’Angers

Entreprises sensibilisées et accompagnées : 600 sur un objectif mandature de 600

Commerce :

  • Soutien aux groupements des commerçants : développement de projets numériques, actions « Cœur de Ville »
  • Opération « Entreprendre en… » à Baugé, Doué-en-Anjou, Sèvremoine…

Entreprises sensibilisées et accompagnées : 529 sur un objectif mandature de 2 500

Mécénat :

Fin de la fondation n°2 de Mécène&Loire : 789 000 euros attribués à 87 projets

Lancement de la fondation n°3

Fabrice Cesbron - Élu CCI référent /Emmanuel Picot - Élu CCI référent

 

AXE 3 : RENFORCER L’EMPLOYABILITÉ ET L’ADÉQUATION ENTRE L’OFFRE ET LA DEMANDE D’EMPLOI

Apprentissage / Alternance / Relation école-entreprise :

  • Organisation de « La Nuit de l’Orientation » à Angers – 1 600 participants en 2018
  • Lancement de l’association « Mordus de l’apprentissage »

Entreprises / maîtres d’apprentissage : 7 529 sur un objectif mandature de 15 000

Jeunes sensibilisés : 17 598 sur un objectif mandature de 25 000

1er centre de formation des Pays de la Loire

99 médailles aux concours professionnels J

87,5 % de réussite aux examens et 86 % d’insertion professionnelle J

Formation continue : 96 % des entreprises satisfaites des prestations CCI

Entrepreneuriat :

  • 3 éditions de la Grande Aventure d’Entreprendre : plus de 3 200 participants
  • 5 000 participants aux animations des « Folles Journées pour entreprendre »

 

7 000 créateurs/repreneurs sensibilisés et accompagnés 

Jean-Benoît Portier - Élu CCI référent

 

AXE 4 : FACILITER LA VIE DES ENTREPRENEURS DANS UN MONDE COMPLEXE

Financement :

Plus de 2 millions d’euros de levées de fonds dans le cadre des « Pitch for Money »

Entreprises sensibilisées et accompagnées : 760 sur un objectif de 1 500

Urbanisme – Aménagement et relations public-privé :

  • Actions d’influence pour faire valoir la voix des entreprises auprès des collectivités (implantations commerciales, développement du foncier…) : 143 prises de position
  • Observatoires (entrepreneuriat, immobilier d’entreprises, commerce, fiscalité) : des outils d’aide à la décision dans le conseil aux collectivités territoriales et dans les prestations d’étude.
  • Mise en place de « Conseils territoriaux » de proximité : 195 participants depuis 2017

Philippe Choquet - Élu CCI référent / Patrice Pollono - Élu CCI référent

La feuille de route pour 2019-2021

Comment envisagez-vous la seconde moitié de votre mandat ? Quelle est la feuille de route de la CCI ?

Éric Grelier
Nous avions 21 groupes projets prévus pour les cinq années du mandat. La bonne nouvelle est qu’à mi-étape, beaucoup de choses ont déjà été menées. Depuis la loi PACTE, nous avons adopté une nouvelle posture : nous ne regardons plus le passé, nous regardons devant, avec une nouvelle feuille de route basée sur les nouvelles contraintes. On ne peut pas continuer comme si de rien n’était, encore moins se lamenter sur ce qui n’est plus. Nos axes stratégiques restent les mêmes mais nous adaptons nos projets et les modalités de notre action en fonction des nouvelles contraintes et des ressources dont nous disposons désormais.

Quelles grandes lignes se dégagent de cette nouvelle feuille de route ?
La coopération est centrale. Nous sollicitons de plus en plus de partenaires pour réfléchir aux sujets utiles ensemble. Nous étions déjà dans une logique de « faire – faire faire – faire avec » ; ce principe de co-construction est désormais renforcé. Il nous permet d’allier la proximité que nous souhaitons maintenir localement et l’optimisation de nos offres. Je pilote par exemple deux groupes régionaux autour de l’entrepreneuriat et du commerce du futur. Pour ce dernier thème, nous travaillons avec chaque département pour définir un plan à 2 ans. Les élus dédiés à l’économie circulaire travaillent avec l’Ademe par exemple. Selon les thématiques, nous menons des réflexions croisées.

Il y a un enjeu de visibilité pour les CCI ?
Il y a un enjeu de visibilité pour que les entreprises trouvent ce dont elles ont besoin. La réflexion est nationale à ce sujet. Une offre de services unifiée est en train d’être bâtie. Auparavant, chaque CCI de France avait ses produits et ses services ; cela compliquait l’identification des ressources pour les entreprises. L’enjeu est d’optimiser l’offre pour la rendre plus efficace et plus lisible. Nous passons de 800 à 150 produits CCI. Que l’on soit en Anjou, en Vendée, en Loire-Atlantique, l’accès à l’offre doit pouvoir être le même. Chaque entrepreneur doit pouvoir être accompagné par un expert - local, régional, national, peu importe. L’essentiel est de penser ensemble.

Cette offre de services sera-t-elle davantage commercialisée que ce qu’elle est aujourd’hui ?
30 % des missions de la CCI sont déjà facturés aujourd’hui. Effectivement, nous devons être vigilants sur ce point, et casser l’effet « Sécurité Sociale » qui pouvait laisser penser que les actions ne coûtent rien à personne… La loi PACTE, en ne reversant plus que 50 % des taxes aux CCI, nous oblige à mieux commercialiser nos offres. Pas toutes bien sûr, mais certaines, selon un barème de quatre niveaux. Notre rôle d’accompagnement, de pédagogie, de sensibilisation reste financé par la TFC**. D’autres missions sont et seront facturées. Nous avons beaucoup échangé avec les consultants, entre autres via la Chambre Professionnelle du Conseil. Nous ne sommes pas des concurrents de plus, mais un des acteurs du marché, sur un certain champ de missions. Notre enjeu est de faire monter la réflexion chez les entrepreneurs quant à la nécessité de se faire accompagner dans leurs projets. 

Comment voyez-vous les deux années et demie à venir ?
Nous entrons dans une période électorale : les Municipales en 2020, les Régionales en 2021 et les Présidentielles en 2022. Nous savons que ce sont des périodes délicates. Les CCI n’ont aucun jugement à porter sur le plan politique ; nous sommes des acteurs accompagnateurs du développement économique du territoire. L’enjeu pour nous, dans ce contexte électoral, est de rester vigilant quant aux promesses de campagne, et ne pas prendre des vessies pour des lanternes…

Quels mots clés vont vous guider dans votre action ?
J’en retiendrai quatre. Proximité ; il s’agit de rester au plus près des entreprises et des territoires. Optimisation : mener, en raisonnement national, régional ou local, sur tous les sujets. Savoir-faire ensemble ; c’est l’exemple de l’offre nationale unifiée, composée des produits et services développés dans tout le réseau CCI, ou encore le back-office régional. Commercialisation enfin, avec une valorisation des prestations selon le niveau d’intervention.

Quel est votre état d’esprit ?
Volontariste ! Nous sommes engagés, nous avons des convictions, nous sommes prêts à assumer nos missions. Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration ni être consensuel par principe. Lors de notre séminaire annuel, nous avons redit notre motivation : nous sommes élus pour changer le monde, de façon engagée et positive. Nous sommes prêts à « muscler notre jeu » pour reprendre les termes d’un célèbre sélectionneur ! Nous sommes à la mi-temps, tant de choses sont encore possibles. Nous avons de beaux défis à relever, et quelles que soient les contraintes, nous sommes déterminés à le faire avec la banane !

Aurélie Jeannin

**TFC : Taxes pour Frais de Chambre

En savoir plus

Anjou Eco n°56 - septembre 2019

 

Des besoins ?

L'espace Produits & Services de la CCI Maine et Loire vous propose les produits suivants :

Diriger en PME PMI - L'entreprise et son projet
Diriger en PME PMI

Développer vos compétences de chefs d'entreprises

Conseil numérique
Conseil numérique

Intégrer le numérique dans la stratégie de votre entreprise

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Portrait d'élu CCI : Zakaria Faïq

Paroles d'élus...

21/05/2021

Article

Lire l'article

Portrait d'élu CCI : Zakaria Faïq