Apprentissage - formation

#NégoTraining ou comment négocier sa rémunération pour les femmes

Publié le 22/01/2020 - Par dominique.gruso...

En France, le rapport à l’argent est souvent considéré comme tabou et la rémunération est un sujet dont on a du mal à parler. La négociation est plutôt rare et peu pratiquée, et le salarié est peu outillé. De plus, les femmes auraient tendance à sous-estimer leurs capacités, elles n’oseraient pas se mettre en avant, par manque de confiance en elles. Aussi surprenant que celui puisse paraître, elles auront les arguments pour négocier avec des fournisseurs, mais pas pour leur propre salaire. A profil strictement équivalent, les statistiques révèlent un écart de 10 % entre les salaires des hommes et ceux des femmes, en la défaveur de ces dernières. L’écart grimpe à 25 % si l’on tient compte des différents temps de travail (temps partiel choisis ou subis majoritairement par les femmes) et des secteurs d’activité (métiers de la santé, du social où les emplois sont moins valorisés), sans parler du processus de recrutement.
Selon le Forum économique mondial, « la différence de salaire s’installe dès le premier emploi et se poursuit en général jusqu’en fin de carrière. C’est également le résultat d’une convergence de plusieurs éléments impliquant aussi bien le comportement des femmes, que celui des recruteurs qui tendent à proposer un salaire plus élevé à un homme qu’à une femme, à profils identiques ». Fort de ces constats, la Chaire RSE d’Audencia à Nantes s’est associée aux réseaux de femmes, aux acteurs publics et privés de la Plateforme RSE de la métropole nantaise pour développer ce dispositif innovant.

Des modules d’accompagnement collectifs
« La négociation ne se résume pas uniquement au salaire. Elle comprend aussi la flexibilité du temps de travail, les avantages en nature, l’accès à la formation, la rémunération variable… » analyse Anne-Laure Guihéneuf, (Responsable du Pôle Rn’B - Research & Business), qui pilote le dispositif depuis son lancement en septembre 2017 sur Nantes. « La formation consiste en modules d’accompagnement collectifs de 3 h dispensés par des experts qui donneront aux femmes les clés pour se vendre et négocier une augmentation. Nous travaillons la posture, la prise de conscience, la confiance en soi, les stéréotypes. Après l’atelier, il y a un vrai déclic qui se produit. » En parallèle de ces modules, une étude d’impact a été mise en place pour mesurer à 6 mois et 1 an les effets de ces ateliers. Il en ressort qu’après ces stages, les ¾ des femmes formées se disent plus confiantes pour négocier. 1 femme sur 2 négocie 6 mois après l’atelier, et 9 femmes sur 10 obtiennent une amélioration de leur rémunération (augmentation de salaire, prime…).
Après sa phase d’expérimentation à Nantes, #NégoTraining s’exporte dans d’autres villes, et même au-delà des frontières puisqu’un atelier a été organisé à Munich, en décembre dernier. « Je coordonne les initiatives à l’échelle nationale où 6 villes se sont déjà approprié le dispositif : Cherbourg, Rennes, Paris, Cholet, Lille et Angers depuis l’année dernière. » ajoute Anne-Laure Guihéneuf.

Angers adopte le format
En début d’année dernière, le dispositif a été proposé à différents acteurs du territoire par la DIRECCTE (*) et le CIDFF (**) qui soutiennent le déploiement local.  « Nous avons démarré cette formation début 2019 avec une centaine de femmes inscrites » précise Estelle Moinard, directrice du CIDFF.  « Les ateliers sont ouverts à toute femme intéressée, quels que soient son emploi, sa formation et son âge. Elles ont toutes un point commun : la volonté de s’emparer pleinement de ce sujet ! On constate, en France, que peu de salariées sont outillées pour négocier. Pourtant, c’est un apprentissage comme un autre. »
Différents acteurs du territoire, et notamment le groupe (autre terme) DRO (Dirigeants Responsables de l’Ouest - dont la CCI est adhérente), participent activement à l’essaimage du dispositif dans le 49. N’hésitez pas à vous rapprocher d’eux pour rejoindre l’aventure de ##NégoTraining.

 

Dominique Gruson
Anjou Eco n°58 - février 2020 

 

(*) : CIDFF : Centre d’Information des Droits des Femmes et de la Famille – créés en 1972 par l’Etat, les CIDFF, répartis sur toute la France, ont pour mission l’accès au droit pour les femmes, la lutte contre les discriminations sexistes, la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes.
 (**) DRDFE : Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité
(***) : DIRECCTE : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi

 

Contact CCI :
Amélie Bossard
Responsable RSE et formatrice #NégoTraining
02 41 49 57 18
amelie.bossard@maineetloire.cci.fr

Quelques chiffres :
2 040 femmes ont déjà été formées depuis septembre 2017
3 000 seront formées avant fin 2020
98 % des femmes recommandent la formation à une collègue ou une proche
63 % des participantes ont utilisé les outils proposés

Des besoins ?

L'espace Produits & Services de la CCI Maine et Loire vous propose les produits suivants :

CAP Menuiserie Alu Verre
CAP Menuiserie Alu Verre

CAP Petite Enfance
CAP Petite Enfance

Former des professionnels qualifiés et compétents aux métiers de la petite enfance.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Plus performant avec le Certificat Voltaire

Apprentissage - formation

28/01/2019

Article

Lire l'article

Plus performant avec le Certificat Voltaire